top of page

Photo de la semaine : Pose chez le photographe, Paris, 1897.

La Photo de la semaine a été prise au studio photographique Graffe, 11 place Saint-André des Arts à Paris, en 1897, comme de nombreuses photos de l'album de mon grand-père maternel.

Six hommes, six moustaches sur cette photo posée dans un décor comme on en trouvait chez tous les bons photographes à l’époque. Parmi eux, mon grand-père Armand KLEIN (1847 Paris -1930 Dreux) debout à droite avec sa longue pipe. C’est la seule certitude de cette photo, avec la date de la prise de vue.

Six hommes posent au studio Graffe à Paris 1897
Six hommes dont Armand Klein avec la pipe.

S’agit d’une photo des collaborateurs de la société de brochage Monniot et Klein crée par mon grand-père et son associé Eugène Monniot ? On peut en douter... Si c'était le cas Eugène Monniot serait alors présent sur la photo, l'un de deux hommes assis à droite peut-être.

Je n’ai pu, et pour cause, car nous sommes, je le rappelle à la fin du 19e siècle, découvrir le métier de mon grand-père qui a d’ailleurs bien évolué depuis avec la mécanisation notamment et qui est maintenant regroupé avec celui de relieur. Celui-ci était, semble-t-il, un métier plutôt réservé aux femmes chargées de « brocher » les livres, pliant, assemblant et cousant les feuilles qui le constituent. D’ailleurs, Élisa Rigard première épouse de mon grand-père, et Catherine Gosselin épouse d’Eugène Monniot travaillaient toutes deux comme brocheuses au sein de la société qui prospérait au 12 rue des Poitevins à Paris.

Je m’interroge toutefois sur ce que tiennent les deux hommes assis à gauche, un fusil peut-être, simple élément proposé par le photographe pour la pose ? Le tablier de l’homme assis à gauche ressemble plus, me semble-t-il, à un tablier de boucher, mais l’objet qu’il tient dans sa main droite m’est inconnu.

Cette « mise en scène » est peut-être, plus simplement, un cadre pour réunir mon grand-père et ses amis du quartier de Saint-Germain et de la Monnaie où il résidait, rue Saint-André des Arts, tout près du studio où a été prise cette photo. Armand Klein était très impliqué dans la vie sociale et économique de son quartier, Mutualité scolaire, Société de secours mutuels et de retraite, Tribunal de Commerce, Société des Vétérans de la guerre de 1870 et bien d’autres encore. Les autres participants pourraient être, dès lors, des commerçants et acteurs de la vie du dit quartier, voire de simples amis de quartier.

Le mystère reste entier et je compte sur vous pour m’éclairer à ce propos…

 
La photo de la semaine

Le principe de la photo de la semaine est de partager chaque semaine, sous forme de rendez-vous des lecteurs, une photo d'un événement majeur ou de la vie quotidienne de nos ancêtres. Ces photos sont ensuite insérées dans la Galerie

Devenez membre du site, pour suivre "La photo de la semaine".

Vous pourrez ainsi commentez et échanger avec les autres membres du site... et encourager l'auteur de ce site

  • En quelques clics, en haut de toutes les pages du site, suivre les instructions :

Devenir membre

2 Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Rated 5 out of 5 stars.

Selon mes connaissances dans le milieu du livre dont je suis retraitée : il y avait deux sortes de livres,les livres brochés relativement bon marché dont des éditions populaires,et les livres reliés plus coûteux et même parfois luxueux.Sur la photo il me semble que l'homme assis au centre tient une canne de compagnon,signe de son appartenance à cette formation professionnelle de qualité,il s'agirait sans doute au vu de sa mise élégante,de l'associé d'Armand Klein.A mon avis,il s'agit d'un groupe d'employés de l'entreprise de brochure,sans doute l'encadrement,puisqu'il n'y a pas de femme,alors qu'en effet elles étaient nombreuses comme ouvrières dans la reliure.Pour l'outil dans la main de l'homme au tablier,cela ressemble à un poinçon,peut-être en rapport avec sa fonction,mais je n'en…

Like
Replying to

Ah, merci Nicole, voilà des précisions qui relancent l'hypothèse de l'entreprise, mon hypothèse initiale, que je commençais à abandonner...

Like
bottom of page